La typologie des missels

Voici quelques explications concernant plusieurs missels assez typiques.

Cliquez sur les images pour les agrandir.


1)" Missels de communion ", missels-cadeaux, missels précieux…

Les missels les plus luxueux étaient destinés à être offerts pour la première communion ou pour un mariage, et ce du milieu du XIXe jusqu'au milieu du XXe siècle. La période la plus faste semble être la fin du XIXe (années 1880-1890) et les premières années du XXe siècle. Dans bien des cas, ces missels nous sont parvenus intacts, ce qui peut s'expliquer de deux façons : ou bien le propriétaire disposait d'un autre missel pour un usage courant ; ou bien, après la première communion, il s'est détaché de toute pratique régulière. Tous les éditeurs ont proposé des missels de communion. Cependant on peut noter que, par exemple, les éditions Brépols ne nous ont laissé que peu de témoignages de ce genre, alors que les missels de communion " Mame " sont légion.

Les cuirs employés pour ces missels sont toujours de belle facture. Ce sont généralement des maroquins: la peau est épaisse et résistante; le grain est gros et en relief. Le traitement du cuir lui donne un aspect brillant qu'il conserve même s'il est peu entretenu. D'autres missels, plus rares, sont reliés avec un décor de nacre ou d'ivoire sculpté.


Les métaux précieux ou non sont abondamment employés pour décorer les exemplaires. Les tranches sont toujours dorées, et parfois ciselées. Il peut y avoir des fermoirs en acier ou en argent. Lorsque (comme c'est souvent le cas) il s'agit d'un cadeau, les initiales sont dorées sur le cuir ou à l'intérieur du volume (dans ce cas, il arrive que l'on précise la date de la communion). Ces initiales peuvent même être gravées dans une plaque d'argent ou d'acier, à la façon d'un monogramme, qui est ensuite fixé sur la couverture des missels.



Il existait aussi des missels des quatre saisons. Ils se présentent en quatre volumes, un par saison. Le format est très variable. Certains sont disposés dans un boîtage qui permet de les conserver ensemble. Comme le propriétaire devait déplacer le missel de la saison du moment, il arrive assez souvent qu'il manque un volume. La bibliothèque conserve plus d'un mètre linéaire de missels des quatre saisons, ainsi que quatre ensembles de ce type toujours présentés dans des boîtes d'époque assez élaborées.


Bien plus petits, les missels "Bijou" tendent à devenir vraiment minuscules. Il s'agit d'une catégorie spécifique destinée principalement aux femmes. Ils tiennent souvent dans le creux de la main.


2) Missels relativement courants, édités en séries.

Ces missels ont été diffusés en grandes séries au cours du XXe siècle, parfois à raison d'une réédition par année; malgré cette production de masse, les exemplaires sont souvent de bonne qualité. Vous en avez probablement au moins un dans votre bibliothèque ou dans votre grenier!


A) Dans cette rubrique figurent de nombreux missels préparés par des Religieux et édités par une grande maison d'édition:


Les " Dom Lefebvre "

Très connus, ces missels ont pour auteur Dom Gaspar LEFEBVRE, un moine bénédictin. Né en 1880, il étudia la théologie puis partit au Brésil en 1906 avec son maître, Dom Gérard van Caloen, pour y restaurer l'ordre bénédictin. Revenu en France en 1915, il décida de suivre l'exemple de van Caloen (qui avait écrit un missel pour Desclée en 1882), et travailla à un nouveau missel qu'il fit éditer en 1920, alors qu'il résidait à l'abbaye de Saint André lez Bruges.
Les traductions des textes bibliques employées par Dom Lefebvre sont celles de Fillion. R. de Cramer illustra l'ouvrage avec des dessins particulièrement intéressants inspirés du moyen âge (ils rappelent les oeuvres du mouvement symboliste). Les reliures, souples, sont toutes de cuir noir et sont assez semblables les unes aux autres. Desclée édita régulièrement deux volumes, un gros et un petit. Le plus gros volume s'intitulait " Missel quotidien et vespéral ", parfois on y ajoutait la précision " grande édition ".

Le nom du petit volume a varié avec les époques : il s'est appelé " Missel quotidien ", " Missel vespéral romain (quotidien) ", " Missel vespéral romain - extrait du missel quotidien et vespéral ", et même " Petit missel quotidien " dans les années 1940.

En 1953, Dom Lefebvre édite une nouvelle version intégralement renouvelée : les traductions bibliques sont désormais celles du chanoine Osty, et l'illustration est confiée à B. Groenendaal, qui réalise des dessins dans un beau style moderne et épuré. L'aspect des missels devient fort variable à partir des années 1950: alors que certains exemplaires sont toujours dotés de belles reliures cuir, d'autres au contraire n'ont qu'une couverture de plastique.

La BDN conserve environ 4 mètres linéaires de missels de Dom Lefebvre. La collection, qui commence dès 1920, n'est pas loin d'être complète.

Ces missels sont connus pour leur contenu classique et traditionnel, en quoi ils s'opposent aux missels de Feder. Ils sont très recherchés par les traditionnalistes.


Les Missels Dominicains
Son titre exact est " Missel dominicain quotidien selon le rite des frères prêcheurs ". Adapté à leur liturgie particulière, il est bien sûr destiné aux dominicains, mais aussi aux fidèles assistant à leurs offices. Un petit " Missel vespéral dominicain " a aussi été publié.
Nos exemplaires les plus anciens remontent à 1924. Ce missel fut réédité rapidement, dès 1925, puis à nouveau en 1939 et 1948 ; la bibliothèque conserve des exemplaires de ces quatre éditions mais nous ignorons s'il y eut d'autres rééditions.

Les Missels du Mont César

  La bibliothèque possède une dizaine d'exemplaires de ces missels, intitulés "Missel Quotidien commenté, vespéral et rituel". Ils furent édités à partir de 1947 par Brépols.

Les missels des abbayes de Saint André, de Hautecombe et de Clervaux (Dom Gérard)

Les missels de l'abbaye de Clervaux, rédigés par Dom GERARD, ont une longueur d'avance sur le Dom Lefebvre, leur concurrent immédiat, au niveau des illustrations : ils présentent déjà de beaux dessins dans le goût de ceux que réalisera dans les années 50, Groenendaal pour Dom Lefebvre . Publiés dès 1937, ils sont rapidement réédités deux fois mais la guerre empêche Dom Gérard de poursuivre son travail (il est arrêté par la Gestapo). Après la libération, Dom Gérard s'occupe de réorganiser sa bibliothèque et de faire paraître de nouveaux missels ; les différentes éditions se succèdent jusqu'aux années 1960.
Les Missels de Hautecombe ressemblent, par leur facture traditionnelle, aux Dom Lefebvre. Ils sont cependant nettement postérieurs à ce dernier, puisque le premier volume parut en 1949. La première édition que nous possédons est la troisième, de 1952, intitulée "Missel Romain Quotidien".
Ces abbayes ont donc, dans un premier temps, rédigé chacune leur missel. Dans un second temps, Hautecombe et Clervaux s'associèrent pour créer le " Missel Quotidien et Vesperal " en 1963. Cet ouvrage soigné présente au lecteur de belles enluminures en couleurs.
  En 1964 l'abbaye de Saint André (Bruges) décide, elle aussi, de publier un missel. La facture est sobre et moderne ; l'ouvrage s'intitule " Missel de l'assemblée ". Plusieurs rééditions voient le jour ; la dernière que nous connaissons date de 1967.
  Enfin, les trois abbayes déjà mentionnées unirent leurs efforts en 1970 pour créer un missel commun : le " Missel dominical de l'assemblée ". Son titre et son aspect le rendent très proche de celui de Saint André. En 1975 le " Missel de l'assemblée pour la semaine " vient le compléter.



B) Cependant on trouve aussi des séries de missels dont les auteurs ne sont pas des réguliers:


Les missels de Godin et les Missels Communautaires de Michonneau

Ce missel a été publié pour la première fois, en 1937, par l'abbé Henri Godin (1906-1944), pour le monde du travail. Réédité en 1941, il le fut à nouveau en 1942. Le plus ancien exemplaire de la BDN est ce missel de 1942 intitulé " Avec le Christ, avec l'Eglise, nous disons la messe ". Godin était convaincu que la France se déchristianisait, et avec son missel il voulait reprendre les choses en main, en replaçant la messe au cœur de la vie des chrétiens. En 1943 il rédigea avec Yvan Daniel " la France pays de mission ? ", reprenant ainsi une idée déjà formulée par le journal La Croix en 1913, qui évoquait "ce pays de mission qu'est devenue la France contemporaine". Après la mort de Godin en 1944, l'abbé MICHONNEAU, avec "l'équipe sacerdotale de Colombes", reprit ce missel et le transforma pour en faire le " Missel Communautaire "; nous avons environ un mètre linéaire des différentes éditions de ce dernier.



Le Missel Rural et le Missel Biblique

Edité par Tardy dès 1949, le " Missel des Dimanches et des Fêtes " dit "Missel Rural" est destiné aux habitants des campagnes. Leur reliure est souvent toilée. Grâce à la qualité de ses traductions, il fut adopté partout, même en milieu urbain. Il connut un prolongement avec le " Missel biblique ", également publié par Tardy à partir de 1953


Le " Feder "

Le " Missel Quotidien des Fidèles " est l'oeuvre du père José FEDER (1917-1989), jésuite originaire de Nancy, aidé de jésuites et de prêtres lillois. Cet ouvrage date de 1953.

Ce missel est réputé pour son contenu moderne, ce qui le destinait à une clientèle très différente de celle des Dom Lefebvre. Ainsi, la traduction se veut moderne, comme l'indique l'introduction: "Elle a donné lieu à un travail de recherche, et même parfois à des options inhabituelles."

"Fidèle au sens, ce missel veut aussi l'être à la forme littéraire (...). Dans la mesure du possible, il a gardé aux expressions leur couleur, parfois même leur violence."

Il fut souvent réédité dans les années 1950 et 1960, relié avec un simple cartonnage imitant le cuir, parfois avec une belle couverture cuir. Son aspect général est plus moderne que les Dom Lefebvre édités à la même époque. La bibliothèque possède plus de deux mètres de " Feder ".


Le Missel du Dimanche et le Missel de la Semaine

Ils ont pour auteur Pierre. JOUNEL et sont édités par Desclée. Le " Missel du dimanche " parut pour la première fois en 1971. Comme pour les "Missels de l'assemblée", le " Missel de la semaine " ne fut publié que dans un second temps, en 1973. Ces deux missels furent ensuite souvent réédités.
Leur aspect est généralement assez médiocre, mais il existe quelques beaux exemplaires reliés cuir. Nous en avons près de deux mètres linéaires.


3) Des missels destinés à un public particulier


Des missels ont été proposés aux soldats. Certains ont été faits à l'occasion d'une guerre, comme ce " Petit paroissien du soldat ", daté de 1914, qui se termine par ce couplet patriotique : " souviens-toi que tu as ton Dieu à servir, tes chefs à respecter, tes camarades à aimer, ta consigne à observer, ton honneur à garder, ton foyer à protéger, ton drapeau à glorifier, ta patrie à venger. ". En 1939, les Editions Ouvrières ont publié " Soldat du Christ ", un missel préparé par l'abbé Godin à l'attention des mobilisés. Le ton est différent, il semble moins engagé. Pour lui la guerre est un mal, mais un mal nécessaire.
  En temps de paix des missels pour soldats sont également réalisés, par le Vicariat aux armées françaises ; nous en avons quelques exemplaires pour l'après guerre. Dans tous les cas, ces missels comportent un bulletin détachable, sur lequel le soldat peut écrire son nom pour exiger qu'en cas de malheur, il bénéficie des prières de l'Eglise Catholique.

Dans un tout autre registre, de nombreux missels ont été rédigés à l'intention des enfants, et ce dès le XIXe siècle. A cette époque, ils étaient généralement très petits, ce qui rappelle les missels " bijou ". Souvent ils culpabilisaient l'enfant en insistant sur les notions de péché mortel, d'enfer…
Au XXe siècle la plupart des éditeurs de missels de série proposent aussi des missels pour enfants. Ainsi, de célèbres auteurs tels que Dom Lefebvre, Dom Gérard ou le père Feder en ont rédigé. Dans la seconde moitié du XXe siècle, le missel pour enfants perd l'aspect de petit livre relié qu'il avait jusqu'alors, pour ressembler davantage à une simple brochure peu épaisse, illustrée. Plusieurs éditeurs proposent dans les années 1960 des " missel des vacances ". Le discours évolue ; on cherche moins à faire peur, on souhaite donner envie de participer à la messe.

Les éditeurs de la seconde moitié du XIXe siècle, comme Depelley par exemple, ont aussi proposé des missels pour personnes âgées, écrits en gros caractères.


4) Bibliographie:

Pour tout travail sur les missels, on peut commencer par consulter l'ouvrage de Michel Albaric, intitulé " Histoire du missel français " , Brepols, 1986
(disponible à la Bibliothèque diocésaine, Salle Tisserant : 264.31 8561)

 

L'HISTOIRE DES MISSELS